Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
03.11.2009
Un Plan Cancer sans prévention primaire

Au menu du second Plan Cancer (2009-2013), au chapitre « Prévention Dépistage », nulle trace de ce que l’opinion publique et plus encore WECF étaient en droit d’attendre. Pire, ce plan constitue un recul par rapport aux ambitions du premier plan cancer (certes à l’état d’intentions).

On chercherait en vain dans ce deuxième Plan cancer trace de ce qui pourrait ressembler à une politique de prévention du cancer en particulier pour ceux qui touchent plus particulièrement les femmes et les enfants.
L’annonce faite par le Président Sarkozy de 15% des financements de ce plan, dédiés à la « prévention et au dépistage », mérite un éclairage.

Outre que la plupart des mesures (11 à 17) font déjà l’objet d’une politique et d’un financement spécifique et renvoient de facto à la mise en œuvre, ici, du Plan National Santé Environnement (PNSE), là, au Programme National Nutrition Santé (PNNS), c’est avant tout le dépistage qui engrange les maigres « bénéfices » de cette partie du Plan.

Intentions de dépistage renforcé

Nulle trace non plus, des expositions des populations aux perturbateurs endocriniens, pourtant reconnus au niveau de l’Union européenne comme étant impliqués dans la hausse des cancers hormono-dépendants (sein et prostate), qui sont ceux qui connaissent les plus fortes progressions, tout spécialement en France.
L’accent est mis sur un meilleur accès au dépistage gratuit du cancer du sein pour les femmes de 50 à 74 ans en visant les populations victimes des inégalités sociales. Il est à noter qu’au détour des actions en faveur de la vaccination, « le déremboursement du dépistage individuel du cancer du sein réalisé en dehors du programme national pourra être étudié ». Une femme de 51 ans, ayant « loupé » son rendez-vous donné tous les deux ans, devrait, si cela se confirme, prendre donc à sa charge son dépistage (action 15.1 du Plan cancer).

Un autre aspect de la "prévention du cancer" selon ce plan, consiste au relancement de campagnes de vaccination contre l’hépatite B (à commencer par les nourrissons) et contre le papillomavirus (vaccin HPV, visant les jeunes filles de moins de 14 ans pour prévenir une forme marginale du cancer du col de l’utérus).

Des comportements individuels pour tous facteurs environnementaux

Quand aux facteurs environnementaux, ils ne sont envisagés, pour la population générale, qu’en termes de comportements individuels. En ligne de mire : le tabac et l’alcool. Or, la Cour des comptes dans son dernier rapport (2008) sur le précédent Plan Cancer notait clairement qu’on ne disposait d’aucun indicateur mesurant l’efficacité des campagnes contre le tabagisme emmenées par l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé), lesquelles, constituent un élément essentiel du dispositif. Il en va de même pour les campagnes concernant l’abus d’alcool : la Cour des Comptes indiquait que le dernier nombre connu de personnes alcooliques datait de 1996, rendant difficile toute estimation quant à la pertinence des actions du premier plan... que répète pourtant le second (voir « l’inefficacité du plan cancer face à l’alcool", p.73 CdC 2008).

Des reculs certains

Il n’est quasiment plus question d’achever la mise en place des registres de cancers qui brillent par leur absence sur le territoire (à peine 13% de la population française est couverte et située de plus en zone rurale), ni de poursuivre ce qui était inscrit dans le premier plan, à savoir : « systématiser la surveillance épidémiologique des personnes exposées à des risques cancérigènes sur leurs lieux de travail », une mesure qui n’est plus de mise, mais des recommandations de bonnes pratiques pour améliorer la surveillance médicale des travailleurs exposés à des CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques).
Enfin, le Plan cancer 2 redécouvre les vertus des fruits et légumes en renvoyant au PNNS et, toujours sous l’égide de l’INPES, mise sur la promotion de la pratique du sport via des campagnes de communication et de sensibilisation des élus à ce facteur de prévention de la plus haute importance.

Voir le Communiqué de presse de WECF sur le Plan cancer 2 (analyse et position)

Voir la contribution de WECF, lors de la consultation sur le Second Plan Cancer en janvier 2009

Le point de vue du Dr Jean-Loup Mouysset, de l’ASEF sur le Nouveau Plan Cancer : http://www.asef-asso.fr/

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014