Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
15.04.2010
Perturbateurs endocriniens et puberté précoce chez les jeunes filles: une nouvelle étude confirme des liens

Une nouvelle étude américaine fait encore parler des effets des perturbateurs endocriniens notamment sur la puberté précoce - aux alentours de 8, 9 ans - de plus en plus courante chez les jeunes filles.

Le constat scientifique :
Pour les scientifiques de la Mount Sinaï School of Medicine de New York, auteurs de l’étude sur 1151 filles âgées de 6 à 8 ans, suivies pendant plus de 2 ans, il existe des liens entre l’exposition quotidienne des jeunes filles au cours de la période à trois types de substances chimiques (phtalates, phénols et phyto-oestrogènes) des jeunes filles et la survenue plus ou moins précoce de la puberté. Ces substances agissent comme des perturbateurs endocriniens, notamment en imitant l’action de l’hormone féminine œstrogène, ce qui induirait par la suite une puberté précoce et des risques accrus de cancer du sein ou de diabète.

La puberté précoce chez les jeunes filles : une réalité indéniable
L’âge de la puberté a avancé d’un an et demi en moyenne au cours de la dernière génération, passant de 10 ans et 3 mois en moyenne à environ 9 ans.

Quelles substances chimiques pour quels effets ?
l’étude s’est penchée notamment sur plusieurs substances chimiques retrouvées dans les échantillons d’urines prélevés :

  • les phtalates, dont certains sont totalement interdits dans certains jouets en Europe et d’autres encore autorisés (notamment dans les parfums) ;
  • les phénols dont le Bisphénol A, présent notamment dans les biberons en plastique polycarbonate et à l’intérieur des boîtes de conserve ;
  • les phyto-oestrogènes, des substances imitant l’action des oestrogènes, sont des composés naturels présents dans le soja, le pain, les céréales, etc ;

USA et Europe sont concernés

  • Pour Mary Wolff, coordinatrice de l’étude, les études montrent que le développement pubertaire prématuré peut avoir des effets néfastes au plan social et médical, notamment en termes de cancer et de diabète.
  • En France, le Professeur Charles Sultan, chef de service en endocrinologie pédiatrie au CHU de Montpellier, qui a déjà fait part de ses travaux notamment dans le film de Jean-Paul Gaud Nos enfants nous accuseront, souligne lui que les taux de ces substances peuvent notamment entraîner un risque de cancer du sein. Dans certaines régions, il existe même des "épidémies" de puberté, qui débute vers les âges de 8 à 9 ans. Une puberté précoce signifie que la "fenêtre de susceptibilité" biologique à ces produits tend à s’agrandir, multipliant donc les risques.

Dans le cadre du projet Nesting, WECF vient de faire paraître en allemand une version de Girls Disrupted, un ouvrage complet du CHEJ (Collaborative on Health and the Environment) sur les Perturbateurs endocriniens et la Santé Reproductive de la Femme.

sources : http://www.dailymail.co.uk/health/article-1264019/Gender-bending-chemicals-triggering-early-puberty-girls-putting-risk-diabetes-cancer.html

et
http://www.lepoint.fr/actualites-sciences-sante/2010-04-12/pollution-des-pubertes-de-plus-en-plus-precoces-chez-les-filles/1055/0/443451

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014