Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
30.03.2012
Nouvelle étude danoise sur l'exposition des femmes enceintes à des perturbateurs endocriniens

Alors que les scientifiques ont depuis plusieurs années identifié la période de grossesse comme plus vulnérable - en raison notamment de la sensibilité du fœtus lors de "périodes critiques d’exposition" - aux atteintes des pollutions environnementales, une étude danoise publiée le 27 mars apporte de nouvelles informations sur l’exposition des femmes enceintes à des perturbateurs endocriniens potentiels.

Description de l’étude
L’étude a été menée par l’Agence de protection de l’Environnement du Danemark. Elle présente la suite des résultats d’une étude de 2009 qui a mis en évidence des risques pour les enfants de 2 ans exposés à de multiples perturbateurs endocriniens présents dans l’alimentation, les produits de consommation courante et l’environnement intérieur.
L’étude a mesuré l’exposition de femmes enceintes à 35 substances identifiées comme perturbateurs endocriniens potentiels, parmi lesquelles : 8 phtalates (DEHP, DiNP, BBP, DnOP, etc.), le BPA, le nonylphénol, le PFOA, 3 parabènes, des dioxines, le résorcinol (une substance présente dans les teintures pour cheveux), la benzophénone-3 (un filtre solaire), plusieurs pesticides.

Les résultats et conclusions de l’étude

Les résultats montrent par exemple des phtalates dans 20 pochettes de téléphone portable, 10 sacs à main, ou encore des traces de BPA dans des boîtiers de téléphone portable en polycarbonate.
L’étude note une cohérence entre les niveaux d’exposition relevés dans les scenarii d’exposition les plus élevés (exposition maximale) et les niveaux de substances présents dans les échantillons urinaires des participantes.
L’étude conclut donc que :

  • La majorité des femmes enceintes sont exposées à un cocktail des substances identifiées, mais à des niveaux considérés comme non inquiétants ;
  • Certaines femmes enceintes, par leur consommation et leur comportement, peuvent être exposées à des niveaux de substances qui sont inquiétants ;
  • Les expositions combinées doivent être prises en considération lors des évaluation des risques des expositions aux perturbateurs endocriniens ;
  • Il est nécessaire de réduire l’exposition de certaines femmes enceintes à des Perturbateurs endocriniens potentiels présents dans l’alimentation, l’environnement intérieur et les produits de consommation.


Des recommandations pour les femmes enceintes

Puisqu’il est impossible d’éviter totalement l’exposition aux perturbateurs endocriniens, l’étude préconise de la limiter en suivant quelques conseils  :

-* éviter les produits cosmétiques contenant du propyl et du butyl-parabène,

  • éviter l’OMC (octamethylcycloetrasiloxane D4) dans les crèmes solaires
  • éviter le triclosan dans les déodorants et les dentifrices
  • laver les vêtements pour enlever les traces de phtalates et de nonylphénol.

Pour rappel, le Danemark s’est intéressé aux perturbateurs endocriniens depuis le début des années 90, lorsque les Pfrs. Niels Skakkebaek et Richard Sharpe ont élaboré "l’hypothèse oestrogène". Le Danemark préside actuellement l’Union européenne (jusqu’en juin 2012) et a fait des perturbateurs endocriniens et des expositions combinées l’une de ses priorités.

Ci-dessous l’étude complète en anglais.

Source : Danish EPA

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014