Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
20.04.2010
Les perturbateurs endocriniens dans le Programme de Recherche National

Les perturbateurs endocriniens font l’objet d’un Programme National de Recherche en France (le PNRPE). Le 12 avril dernier s’est tenu un colloque de restitution des premières avancées de ce programme.

Rappel : les années 90 et l’émergence de la problématique des perturbateurs endocriniens
C’est au milieu des années 90, avec l’ouvrage L’Homme en voie de disparition (Our Stolen Future) de T. Collburn, J.P. Myers et D ; Dumanovski que les perturbateurs endocriniens deviennent un grave sujet d’inquiétude pour les scientifiques : des observations du monde animal et de l’homme montrent que des substances chimiques de synthèse interfèrent, dès la période in utero, avec les signaux donnés par les hormones naturelles. Leur impact peut se faire sentir seulement des années après, sous la forme de faiblesse immunitaire, baisse de la fertilité ou encore troubles du comportement et baisses de QI.

Le Pfr Rémy Slama, chargé de recherche à l’INSERM et Président du Comité scientifique du PNRPE rappelle la définition des perturbateurs endocriniens :

  • Toute substance exogène [extérieure à l’organisme> qui peut altérer le système endocrinien [l’ensemble des glandes secrétant des hormones et leurs tissus cibles> et induire un effet sanitaire dans l’organisme d’une personne ou dans celui de sa descendance, en affectant la synthèse, le transport, le métabolisme ou l’activité des hormones ;
  • Plusieurs centaines de perturbateurs endocriniens (PE) ont été identifiés à ce jour : certains pesticides, métaux lourds (plomb, cadmium), polluants organiques persistants (POP) comme les PCB et les dioxines, médicaments et contraceptifs, phtalates et bisphénol-A (BPA) utilisés dans la fabrication de plastique, ou encore les phytoestrogènes naturels. La liste s’allonge chaque jour, au fil des résultats des études in vitro (sur les cellules) et in vivo (chez l’animal).

Les conclusions du Colloque du 12 avril et l’analyse de Nesting :

  • Le colloque conclut que "nous sommes tous exposés à un cocktail de perturbateurs endocriniens" ; Un constat qui est fait par de nombreuses études scientifiques dont la récente enquête de l’EWG (USA) sur le sang ombilical de plusieurs nouveau-nés - jusqu’à 191 substances ont été retrouvées dans le sang d’un seul bébé !
  • Le Pfr Slima précise que "l’impact d’un mélange (cocktail) n’est pas déductible du cumul des effets de chaque substances individuelle" - WECF et ses partenaires européens agissent pour que le Parlement européen prenne au sérieux le thème de l’effet cocktail et des perturbateurs endocriniens, notamment en les soumettant à la règlementation REACH sur les substances chimiques.
  • Dans son interview au JDLE, le Pfr Slima parle de "gestion des risques adaptée", Nesting préfère mettre en avant le principe de précaution, qui est non seulement un cadre pour la prise de décisions dans un contexte d’incertitude scientifique, mais aussi un principe qui doit diriger l’action publique, et faire passer au premier plan la protection de la santé et de l’environnement par rapport à des considération économiques ou politiques.

source : http://www.journaldelenvironnement.net/article/nous-sommes-tous-exposes-a-un-cocktail-de-perturbateurs-endocriniens,17264?token

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014