La Suède fait des perturbateurs endocriniens une priorité
Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
La Suède fait des perturbateurs endocriniens une priorité
05.04.2013
La Suède fait des perturbateurs endocriniens une priorité

La Ministre suédoise de l’environnement, Lena Ek, veut faire des perturbateurs endocriniens une priorité au même rang que le changement climatique. C’est ce qu’elle a déclaré au magazine Euractiv ce 28 mars, indiquant que si l’Union européenne ne souhaite pas accélérer le retrait du marché des perturbateurs endocriniens, la Suède suivra sa propre voie.

La Suède, précurseur sur les perturbateurs endocriniens au sein de l’UE Le Danemark, comme la Suède, l’Autriche, ou encore la France, n’ont pas attendu l’Union européenne pour agir : bisphénol A dans plusieurs applications, 2 parabènes dans les cosmétiques et certains phtalates dans des articles de consommation courante sont autant d’exemples d’initiatives prises par ces pays.

ChemSec, une ONG suédoise source d’inspiration pour la Suède
C’est sur la base d’éléments tels que ceux fournis par ChemSec, des travaux tels que la liste SIN (Substitution Immédiate Nécessaire) qui comprend quelques 22 perturbateurs endocriniens à interdire d’urgence, ou de travaux scientifiques comme ceux du Pr Åke Bergman et du récent rapport des Nations Unies/OMS sur les perturbateurs endocriniens que la Suède juge que "les preuves scientifiques sont solides". Mentionnant l’interdiction du BPA dans les tickets de caisse et les systèmes d’acheminement d’eau potable, Lena Ek a rappelé qu’une action globale avec pour objectif un environnement non toxique pour les enfants était nécessaire. La prise en compte des mélanges de substances par la réglementation est un point à améliorer : le règlement REACH sur les substances chimiques ne le prend actuellement pas en compte. La Ministre a également appelé le secteur industriel à s’engager dans l’innovation pour remplacer les substances perturbateurs endocriniens connus : "Si je regarde l’avenir, j’espère que les substances chimiques qui nous seront nécessaires ne seront néfastes ni pour l’être humain, ni les enfants à naître ou l’environnement. Il s’agit maintenant de supprimer les substances dangereuses plutôt que de trouver une nouvelle manière d’utiliser des substances sûres pour l’être humain et l’environnement. Mais l’innovation dans ce secteur est bien trop lente".

De tels propos devraient inspirer d’autres Etats de l’Union européenne et montrent que la prise en compte de la quantité d’éléments scientifiques probants et de propositions concrètes faites par des ONG peut accélérer la révolution nécessaire dans le domaine des substances chimiques.

Source : interview de Lena Ek sur le site Euractiv

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014