L'ECHA lance un nouveau site "Les produits chimiques dans notre vie"
Nesting, Protégez votre enfant en créant un intérieur sain Un programme WECF Nesting
L'ECHA lance un nouveau site "Les produits chimiques dans notre vie"
06.08.2018
L'ECHA lance un nouveau site "Les produits chimiques dans notre vie"

Pallier le déficit d’information du grand public sur les produits chimiques : l’ intention est louable. C’est ce que tente l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques), avec son nouveau site "Les produits chimiques dans notre vie", traduit dans toutes les langues de l’UE. Le titre est explicite : il s’agit bien de montrer que les produits chimiques font partie de notre vie, et nous sont indispensables, que cela ne saurait changer. Certes, la chimie fait partie intégrante de la vie. Mais l’ECHA se lance ici dans une opération de communication pour rassurer le grand public sur la situation en matière de pollutions chimiques dans l’UE.

L’information du public : une mission pour l’instant secondaire de l’ECHA
Depuis sa création, elle s’est concentrée sur l’évaluation des substances chimiques, l’appui au secteur industriel et les restrictions de produits dangereux mis sur le marché. L’information du public est pourtant l’une de ses missions : jusqu’à aujourd’hui, ses outils étaient encore limités. De nombreuses sources d’information, notamment des scientifiques, des médecins, mais aussi des ONG, alertent depuis longtemps sur l’impact néfaste pour la santé de certaines substances chimiques auxquelles nous sommes exposés au quotidien.

Le contenu du site
L’ECHA propose un site avec plusieurs rubriques, portant sur l’actualité, les produits de consommation contenant des produits chimiques, la santé, l’environnement, le travail. Une rubrique "conseils et astuces" revient sur des droits tels que le droit d’information du consommateur en vertu du règlement REACH. Les sujets qui font l’actualité ne sont pas ignorés : effet des mélanges de produits chimiques, glyphosate, sécurité des encres de tatouage sont bien mentionnés.

Une volonté de rassurer
Si l’ECHA se lance dans cette démarche, c’est que les pollutions chimiques inquiètent les citoyens européens, comme l’a montré un eurobaromètre récent. La solution est donc pour l’ECHA d’adopter une communication "non anxiogène" : elle se veut rassurante. Or, s’il n’est pas besoin d’inquiéter inutilement, nier ou minimiser la dangerosité ou les risques liés à un produit n’en a jamais réduit les effets néfastes.

  • Le glyphosate ? Il est classé dans la rubrique "tendances". Osera t-on parler d’une tendance de mode ? Bien malin le lecteur qui comprend que la communauté scientifique s’inquiète de ses effets sur la santé, ou que le CIRC (centre international de recherche sur le cancer) l’a classé "probablement cancérogène pour l’être humain" (groupe 2A) en 2015, puisque cette information n’est pas mentionnée. Il est tout simplement présenté comme un herbicide parmi d’autres qui nous "protège".
  • Les terrains de sport artificiels ? « très peu de raisons de s’inquiéter » mais « Néanmoins, l’ECHA a déclaré que, pour les terrains en intérieur, il existe un risque que certains des produits chimiques émis par les granulés irritent la peau et les yeux des joueurs. ».
  • Les nanotechnologies ? L’ECHA invente le terme de « produits nano-améliorés ». Et le site fait la part très belle aux nanomatériaux avec une rubrique sur « Lutter contre le cancer grâce aux nanotechnologies ».
  • Les perturbateurs endocriniens ? Alors que la Stratégie commune de l’UE en la matière est pour l’instant réduite à peau de chagrin, l’ECHA nous surprend en affirmant que "L’UE prend des mesures à de nombreux niveaux, de la recherche à la réglementation, et recense activement les perturbateurs endocriniens". S’ensuit une énumération des quelques substances réglementées pour leurs effets toxiques sur la reproduction : bisphénol A et quelques phtalates. Une action bien maigre à ce jour.
  • Le changement climatique ? L’ECHA note que certaines substances chimiques libérées dans l’environnement l’accélèrent, mais nous apprend que "[les substances chimiques font aussi] partie de la solution". Nous voilà rassurés !

Un renvoi vers d’autres sources pour plus d’informations

  • L’ECHA renvoie vers plusieurs types de contenus : son propre site internet, les agences nationales (telles que l’agence suédoise KEMI par exemple), les industriels (industrie cosmétique, des détergents, etc.) et une seule fois vers une ONG – HEAL pour la lettre-type REACH permettant aux Européens d’exiger une information sur les produits chimiques dangereux présents dans leurs produits de consommation.
  • L’impasse est faite sur la particulière vulnérabilité des jeunes enfants, et les jouets apparaissent seulement en bas de la rubrique "les substances chimiques dans les produits en plastique".

Vous l’aurez compris : pour l’ECHA « les produits chimiques dans notre vie » c’est parti pour durer encore longtemps.

Découvrir le site en ligne : https://chemicalsinourlife.echa.eur...

Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

02. Public professionnel Vous êtes un/e professionnel/le de santé ou de la petite enfance, gagnez du temps avec un concentré d’informations ! >>
04. Forum animateur Nesting Le forum animateur Nesting est l’outil dédié au animateurs et animatrices Nesting ! >>
03. Aller plus loin avec MA maison MA santé MA maison MA santé, c’est un programme d’ateliers-rencontres proposés par WECF France. On y parle des polluants de la maison et de leurs impacts sur la santé, pour (...) >>
Plan du site
 
 
 
 
Mentions légales & Crédits | Contacts | Flux RSS | Copyright 2009-2014